BAZIE ET MATOU ET L’AMOUR

Bazié est amoureux , Abidjan ici on dit  » il a çà dans ses dents ». Chaque fois que son épouse passe devant lui Bazié ressent des palpitations, c’est comme s’il venait de la rencontrer. Ah l’amour! Quand tu nous tient. Vous êtes t’il déjà arrivé de tomber amoureux une seconde fois de votre compagne?

Une belle histoire d’amour

Bazié est amoureux oui très amoureux, d’un amour indescriptible, un amour presque étonnant. Pour la plupart des hommes , il est impossible de tomber amoureux une seconde fois d’une personne qu’on aime déjà mais Bazié l’a fait. Bazié se rappelait les circonstances dans lesquelles il avait rencontré Matou son quartier de Yopougon à Abidjan. Matou s’était s’était imposé à Bazié. Matou travaillait dans une buvette que Bazié fréquentait et après une soirée bien arrosée au koutoukou d’Aboissso que Bazié avait emporté Matou chez lui. C’est après cet épisode que Matou avait élu domicile chez notre héros Bazié qui gonflait le rend des hommes qui ont la corde au cou.

 

 

La saint valentin

Bazié était plongé dans ses réflexions pour Prouver son amour à Matou lorsque son imaginatif cousin Bamoro lui parla de la saint valentin. Il lui expliqua que cette fête était dédié aux amoureux et que à cette occasion les hommes offrait des fleurs à leurs femmes et vice versa. Bazié connaissait son épouse Matou et elle n’était pas romantique  comme les femmes blanches ou comme les femmes de Cocody. Matou allait aimer une soirée au restaurant et le bon poisson braisée de la tantie au carrefour Bouassy de Yopougon toit rouge. Bamoro insista auprès de Bazié d’acheter du bon vin bouchée et de ne pas prendre les vins châteaux de France ou encore des liqueurs Calao pour essayer de griser la mémoire parce que ces produits sont interdits par le gouvernement. Bazié décida qu’il allait boire du bon bissap fait maison  et lover tranquillement autour d’un bon foutou à la sauce graine.

 

 

The following two tabs change content below.
Jean Paul Soro
je suis né le 01 Janvier 1992 à Dikodougou. Ma mère est ménagère et mon père instituteur. Très tôt , il m'inculque l'amour des lettres à travers la lecture. Au secondaire ,je fais une serie A2 dédiée à la litterature. Après l'obtention du BAC A2, je passe le concours d'entrée à l'ISTC (Institut des Sciences et Techniques de la Communication) à Abidjan. En 2015, j'optiens une licence professionnelle en production audiovisuelle avec la spécialité, réalisation télé.
Jean Paul Soro

Derniers articles parJean Paul Soro (voir tous)

Un commentaire