Récit d’un voyage à Antananarivo : Tangasoa ! Bienvenue à Antananarivo

Lorsqu’on arrive à Antananarivo, on est tout de suite frappé par le paysage fantastique du paysage et la chaleur des malgaches. Tout cette chaleur s’est exprimé pendant le XVI ème sommet de la francophonie et nous a permis de découvrir  ce petit quelque chose du malgache…

Nous voici à Antananarivo la capitale Malgache. A travers les vitres du bus qui nous transporte de l’aéroport à l’hotel Anjary situé dans le quartier Tsalarana*. Cette première traversée me donne un avant goût de ce que peux offrir Antananarivo.
Antananarivo une ville historique…
De la vitre de la voiture, je peux voir des maisons au style colonial aligné comme de petites boîtes d’allumettes. Je suis tout de suite frappé par l’ordre dans lequel ces maisons sont construites. On aurait dit que le concepteur de cette ville voulait reproduire un paysage de campagne française. Pratiquement toutes les rues sont bitumées et certaines rues ont même du pavé qui date de 1960. L’architecture des maisons nous plonge dans l’univers colonial.

 

La capitale du métissage…

Un restaurateur m’a confié qu’Antananarivo est peuplé en majorité d’expatrié. J’ai dit waouh ! Et comme j’avais beaucoup d’intérêt pour la conversation avec une tête de quelqu’un qui veut dire Bah ! C’est quel affaire ça ? Il me dit sur le ton de la confidence moi par exemple mon arrière, arrière grand père, je ne l’ai pas connu, il est venu ici à Madagascar il ya 200 ans.

 

A Madagascar on peut trouver des malgaches d’origines asiatiques : chinoises, indiennes et aussi d’Afrique noire. Les Malgaches sont on peut le dire un peuple cosmopolite d’où le thème du XVI sommet de la francophonie Libre ensemble.

Francophonie sans cacophonie…

Le XVI sommet de la Francophonie s’installe à Madagascar et c’est l’occasion pour Antananarivo la ville hôte de faire sa belle. N’est-il pas normal de présenter son meilleur jour à des étrangers ?
Le constat général est que la ville est propre pas de monticules d’ordures dans les rues sauf quelques mendiants abordent des véhicules pour demander de l’argent. Bien. Tout est à sa place. La circulation est fluide tout le long du parcours vers le village de la francophonie.
Cette idée de nostalgie du passé est renforcée par le type de véhicule que l’on rencontre dans les rues. Des Peugeot de l’époque coloniale qui servent de taxi. On peut le dire à Antananarivo on aime le passé.

Voiture de Antananarivo

Voiture de Antananarivo

Les malgaches et le malagsy…

Le malagasy est la langue que les malgaches parlent dans la rue et partout. Le malagasy côtoie le français sur les affiches et les pancartes officielle ainsi que les panneaux de circulation. Certaines mêmes sont totalement en malagasy. Aussi pour converser avec ses gens sympathiques il faut connaître un minimun de malagasy par exemple savoir dire Salam pour dire Bonjour ça va? .

Il est important de noter que le madagascar est l’un des pays à avoir une langue nationale. C’est tout le contraire dans nos pays de l’Afrique subsaharienne où le simple fait de choisir un dialecte comme langue nationale fait planer le spectre d’une guerre civile.

Après un séjour inoubliable à Antanarivo l’heure est venu pour les Mondoblogeurs de lever le camp avec le souvenir agréable de la cuisine malgache.

Séjour à Antananarivo : une affaire de viande de zébu au menu

Alerte : Mondoblogueurs à Antananarivo

[MONDOBLOG] à Antananarivo

The following two tabs change content below.
Jean Paul Soro
je suis né le 01 Janvier 1992 à Dikodougou. Ma mère est ménagère et mon père instituteur. Très tôt , il m'inculque l'amour des lettres à travers la lecture. Au secondaire ,je fais une serie A2 dédiée à la litterature. Après l'obtention du BAC A2, je passe le concours d'entrée à l'ISTC (Institut des Sciences et Techniques de la Communication) à Abidjan. En 2015, j'optiens une licence professionnelle en production audiovisuelle avec la spécialité, réalisation télé.
Jean Paul Soro

Derniers articles parJean Paul Soro (voir tous)

2 commentaires